Le CSAPA

Quelles sont les activités du CSAPA BIZIA?

La prise en soin bio-medico-sociale des personnes présentant des conduites addictives : opiacés, cannabis, alcool, médicaments psychotropes, stimulants, tabac, ou addictions sans substances (ludopathie, cyberdépendance, addiction sexuelle…)

Des outils de réduction des risques mis à disposition

Un lieu de recherche scientifique autour des problématiques addictives (partenariat avec le laboratoire de Psychiatrie de l’Université de Bordeaux II)

L’aide et conseil aux familles sous la forme d’une simple information, d’un suivi ponctuel ou d’un suivi régulier

Des informations tout public mise à disposition

Un lieu de formation pour les étudiants des domaines de la santé et du social

L’organisation du colloque ATHS à destination des professionnels et du grand public.

La prise en charge à BIZIA

  • Les patients sont pris en charge en ambulatoire
  • Les consultations sont gratuites et l’anonymat peut être demandé. L’ensemble des services proposés par le CSAPA-CAARUD BIZIA s’inscrit dans le cadre de la loi Hamon du 17 mars 2014-344.
  • La confidentialité est respectée dans les conditions prévues de la loi (Droit à l’anonymat pour les usagers de substances illicites, Art 34 14-1 du Code de la Santé Publique)
  • Les consultations se font uniquement sur rendez-vous

Les différentes étapes d’une prise en charge

L’intérêt du patient au centre de nos préoccupations : une relation de confiance et de collaboration

Accueil et évaluation initiale pluridimensionnelle sur le site de Bayonne

Lors de votre prise de contact, la secrétaire vous oriente vers la prise en charge adaptée à votre demande : premier rendez-vous avec un clinicien de la structure (médecin ou thérapeute) qui évalue les conduites addictives avec ou sans substance, ainsi que leur retentissement sur votre santé et votre vie sociale. Ces premières investigations sont éventuellement complétées par des analyses biologiques et sérologiques. Patient et clinicien, en lien avec l’équipe pluridisciplinaire, définissent ensemble une stratégie thérapeutique pour la suite.

Un deuxième rendez-vous est pris pour une évaluation sur la base d’entretiens et de questionnaires spécifiques. Leurs données sont nécessaires pour faire avec vous un diagnostic de votre situation et définir les soins les mieux adaptés à vos besoins

Les différents programmes ou prises en charge

Vous définissez avec votre clinicien référent votre projet personnalisé de soin. Celui-ci est évolutif et varie selon vos objectifs : il peut être centré sur l’abstinence, mais aussi sur la réduction des consommations et dommages.

L’ensemble des intervenants de BIZIA et/ou partenaires (avec votre accord) peuvent participer à votre suivi au fil du temps (actions médicales, socio-educatives, psychothérapeutique, etc…)

L’accompagnement psychologique

Sur orientation de votre clinicien référent, vous pouvez bénéficier d’un suivi psychologique en lien avec vos conduites addictives

  • Thérapie de soutien : elle permet d’améliorer votre état psychologique et de diminuer les symptômes, en préalable à une thérapie plus investie.
  • Thérapie de type psychodynamique : il s’agit d’un travail dans la durée, l’objectif est de permettre des transformations profondes ainsi qu’une prise de conscience des conflits intrapsychiques et interpersonnels afin de développer un meilleur équilibre personnel
  • Thérapie Cognitivo-Comportementales (TCC) : Elles visent à modifier les conduites addictives en évaluant les facteurs individuels et environnementaux. Elles sont prioritairement centrées sur les cognitions (système de pensée) et sur les comportements problématiques.
  • Thérapies familiale et systémique : centrées sur les relations interindividuelles, elle favorise l’émergence de relation plus satisfaisantes entre les membres de la famille et participe à trouver un équilibre individuel et familial.
  • Thérapie EMDR : « simulation sensorielle bi-alternée » par des mouvements oculaires et des stimulis auditifs. Cette thérapie permet de retraiter des vécus traumatiques (Trouble de stress post-traumatique) à l’origine de divers symptômes ainsi que des comorbidités associées (dépression, phobie, trouble anxieux, addiction). Elle a été validée par l’HAS (Haute Autorité de Santé) depuis 2007 et par l’OMS depuis 2013.
  • Thérapie corporelle : elles permettent de se centrer sur l’observation et la gestion de ses émotions et d’acquérir des techniques de relaxation afin de faire face aux situations anxiogènes de la vie quotidienne par le bias de la sophrologie de du shiatsu.

L’accompagnement socio-éducatif

Cette prise en soin vise pour le patient à conquérir ou reconquérir son autonomie. L’accompagnement proposé vise également à permettre et à conforter les conditions de soin.

L’objectif de cet accompagnement est d’améliorer votre qualité de vie, de rompre avec l’isolement et de réinvestir votre cadre de vie. Plus précisément, la prise en charge sociale et éducative comprend :

  • Des aides au recouvrement et au maintien des droits sociaux
  • Des actions ou des orientations visant à l’insertion sociale

Après avoir établi un contact et repéré vos difficultés, les éducateurs spécialisés vous soutiennent dans l’analyse et dans la gestion de ses difficultés, sociales, familiales, professionnelles, et vous accompagnent dans l’élaboration de stratégies vous permettant de refaire face. Vous pouvez vous adresser à eux pour une aide ponctuelle dans différentes démarches à l’extérieur (administratives, vie quotidienne…) et pour un accompagnement dans la réalisation d’un projet qui vous est personnel.

Dans le cadre d’un accompagnement global, un programme de counseling peut vous être proposé : il s’agit d’entretiens permettant de mieux comprendre l’addiction, les traitements inhérents à cette maladie, d’anticiper les situations à risques (craving) et de développer des stratégies efficaces de contrôle ou d’arrêt des consommations.

BIZIA est le CSAPA référent auprès de la Maison d’Arrêt de Bayonne

Un médecin addictologue et des éducateurs spécialisés y interviennent chaque semaine. Ce travail permet la prise en charge addictologiques des usagers incarcérés. Le travail éducatif, au travers d’entretiens motivationnels, a pour but l’élaboration d’un projet de soin et la préparation à la sortie.